Publications récentes

Publications récentes

V. Giacomotto-Charra et S. Nony, La Terre plate. Généalogie d'une idée fausse, Paris, Les Belles Lettres, 2021. Anne-Marie Cocula-Vaillières, Montaigne 1588. L'Aube d'une révolution, Périgueux,...

Podcasts

Podcasts

Retrouvez la lecture commentée de l'essai "De l'amitié" par A.M. Cocula et V. Giacomotto-Charra, visitez la tour de Montaigne grâce au film de Denis Mollat, découvrez l'Exemplaire de Bordeaux des...

Appels à communication

Appels à communication

Consultez les appels à communications pour les colloque de 2022 sur "Les femmes dans les réseaux urbains de l'humanisme", "Les milieux du droit et de la médecine" à l'époque de Montaigne, sur le...

  • Projets
  • HumanA 2021-2023

HumanA

Humanismes Aquitains / Humanisme Aujourd'hui en Nouvelle Aquitaine

Présentation scientifique générale

Contexte du projet

   Le Centre Montaigne a noué depuis 2018 des liens de collaboration forts avec la Bibliothèque Municipale, non seulement autour de la figure de Montaigne (présence dans le Comité Scientifique du dossier demandant le classement à l’Unesco de l’Exemplaire de Bordeaux des Essais de Montaigne ; actions conjointes de valorisation et de médiation autours de Montaigne), mais aussi pour travailler à une connaissance et à une valorisation accrue du patrimoine concernant la Renaissance de la Bibliothèque Municipale. Il s’est également engagé dans des actions de médiation pour le grand public en collaboration régulière avec la Librairie Mollat. Sur ces bases, le Centre Montaigne souhaite développer et renforcer la dimension régionale de son projet « Hybridations savantes », à travers un projet intitulé HumanA. Il propose de porter un projet partagé par les différentes universités aquitaines, étendu à l’étude de l’ensemble du milieu humaniste de la région et de ses aires d’influence (qui englobent une Gascogne aujourd’hui partagée entre plusieurs régions) à la Renaissance, en unissant étroitement ce projet de recherche à un projet de valorisation patrimoniale, tout en développant ses actions de médiation auprès des étudiants et du grand public. La diversité des figures incarnant l’humanisme aquitain ainsi que leur polyvalence (ils sont souvent juristes, historiens et poètes ou médecins et poètes à la fois, par exemple), le caractère polygraphique de la production écrite, la question du mélange des langues, font que la production textuelle de l’humanisme aquitain peut être interrogée à la fois sous l’angle spécifique de la construction d’une culture locale, et sous celui de la diversité et de l’hybridité de ses formes.

     Le nom du projet HumanA peut ainsi se lire d’au moins deux manières : Human-A, pour Humanismes aquitains, et Hum-anA, pour Humanisme Aujourd’hui en Nouvelle Aquitaine. Il se donne en effet une double mission : d’une part, conduire un projet de recherche et d’analyse du patrimoine immatériel portant spécifiquement sur l’humanisme aquitain du début du XVIe siècle au premier tiers du XVIIe et débouchant sur des actions immédiates de valorisation, à la fois à destination de la recherche et du grand public, d’autre part contribuer à renforcer les études sur la Renaissance à l’échelle de la nouvelle région, en fédérant les chercheurs concernés des différentes universités de la région, autour d’un objet commun, en inscrivant ces recherches dans les pratiques pédagogiques de manière à mieux assurer la formation et le renouveau de la recherche, et en assurant également des missions de médiation. Le Centre Montaigne est en effet conscient que la Renaissance est une période de plus en plus difficile d’accès pour les étudiants comme pour le public ou le lectorat, et il souhaite inscrire dans ses missions universitaires un travail de médiation qui permette à la fois de nourrir la vie culturelle et de contribuer au renouvellement des générations de chercheurs, d’enseignants et de spécialistes de la période.


Perspectives scientifiques et méthodologie

     Le projet se fonde sur un constat : l’humanisme aquitain est un champ d’étude encore très mal connu. D’une part, en effet, quelques grandes figures comme Montaigne et La Boétie, et dans une mesure bien moindre, Pierre de Brach ou Jean Bouchet captent l’essentiel de la lumière, tandis qu’un nombre important d’auteurs, de lettrés, de savants n’ont pour certains jamais suscité d’étude critique ; de l’autre, un certain nombre d’éditions ou d’études monographiques (sur le Collège de Guyenne, sur l’académie protestante d’Orthez, sur les poètes gascons, aquitains et périgourdins, sur le libraire Simon Millanges) sont anciennes (Desgraves) ou très ancienne (Gaullieur, Tamizey de Larroque) et demandent à être actualisées et complétées, voire menées de nouveau selon les standards actuels de la recherche. L’état de l’art permet essentiellement de faire apparaître de très importantes lacunes dans ce domaine. Les figures étudiées, en outre, l’ont été pour elles-mêmes et de manière isolée, sans qu’une interrogation soit conduite sur la spécificité éventuelle d’un humanisme propre à l’Aquitaine et sur ses relations avec d’autres

foyers humanistes, français ou européens. Or un inventaire même rapide des figures de cet humanisme et de leur production fait apparaître son souci de construire une identité locale, qui se manifeste par exemple à travers les ouvrages d’histoire tels les Chroniques Bordelaises de Gabriel de Lurbe, les Annales d’Aquitaine de Jean Bouchet, l’œuvre de Nicolas de Bordenave, historiographe de la maison de Navarre, les travaux d’Elie Vinet sur les « antiquités » aquitaines (L’Antiquité de Bourdeaus et de Bourg, L’Antiquité de Saintes et Barbezieux ou ou la Recherche de l’antiquité d’Angoulesme) ou son travail d’édition d’une figure aquitaine antique importante, le poète Ausone, la volonté manifestée par Gabriel de Lurbe de recenser tous les hommes illustres de la région (De Illustribus Aquitaniæ viris, publié chez Millanges) ou encore L’Hymne de Bordeaux de Pierre de Brach.

     Le Collège de Guyenne, par ailleurs, « l’un des meilleurs de France » selon Montaigne, placé sous l’égide de ce même Ausone, se singularisait par sa pédagogie et la qualité de ses professeurs et constituait un foyer original de vie intellectuelle, qui donna naissance à des publications érudites. L’académie d’Orthez de son côté a attiré quelques personnalités reconnues de la Réforme protestantes, telles Pierre Viret, Lambert Daneau ou Nicolas des Gallars. L’existence de grands imprimeurs-libraires locaux, dont surtout les Millanges à Bordeaux et les Marnef à Poitiers, mais aussi d’imprimeurs plus modestes comme Barthélemy Berton, ou Louis Rabier imprimeur du roi de Navarre à Orthez lié aux Haultin à La Rochelle et son successeur Abraham Rouyer, à La Rochelle, lui-même fils de l’imprimeur limougeaud Jean Berton, permettent encore aujourd’hui de tracer, à travers l’inventaire et l’analyse des œuvres qu’ils publièrent, les contours d’une culture locale et de son rapport avec la culture française et européenne, mais aussi antique et moderne. Par ailleurs, l’Aquitaine est aussi le berceau ou la terre de figures féminines ayant joué un rôle important dans la vie littéraire, comme Marguerite de Navarre, ou comme Marguerite de Valois, commanditaire et dédicataire de nombreux textes au sein de leurs cours, à Nérac, Pau et Agen. Or leur présence n’a jamais été analysée dans le cadre d’une réflexion globale sur l’humanisme local, ni dans celui d’une théorisation du rôle propre des femmes dans la construction et la circulation des savoirs humanistes.


I. Sur ces bases, le projet se propose d’abord de réaliser un triple travail d’inventaire

     1. Le catalogue de Simon Millanges, principal imprimeur-librairie bordelais, a été reconstitué au fil de ses travaux par Louis Desgraves, mais les résultats ont été publiés de manière très dispersée, tantôt dans des numéros de revue, tantôt dans ses ouvrages. À ce jour, ce catalogue n’est donc pas accessible en un seul volume, et le travail accompli n’a jamais été ni vérifié, ni mis à jour. La première étape du projet consistera donc à reconstruire le catalogue en un document unique, qui pourra ensuite être complété et amendé si nécessaire. Il sera publié en format numérique, de manière à ce que chaque notice puisse intégrer un lien hypertexte vers l’ouvrage quand il existe sous forme numérisée, et précédé d’une description analytique de son contenu, qui n’a jamais été faite. La publication numérique permet ainsi l’insertion de nouveaux liens, au fil des numérisations, et ménage la possibilité de travaux ultérieurs, comme l’insertion de liens vers une base de données des pièces d’escorte (voir 3), ou, par exemple, un travail de recension des éditions survivantes et de leurs particularités (qui pourrait être l’objet d’une enquête ultérieure, séparée). Des travaux d’enquête parallèles seront menés dans différentes bibliothèques et médiathèques (dont d’abord Limoges et Pau) pour mieux identifier les possibilités de valoriser les fonds dans le projet. La catalogue des impressions béarnaises initiée par Xavier Lavagne en 1978 sera précisé, complété et réédité.

     2. Le deuxième travail d’inventaire à faire concerne les humanistes et plus largement les lettrés, savants et auteurs de la Renaissance aquitaine, sans préjuger des disciplines : il ne s’agit pas uniquement de recenser des « écrivains », concept anachronique pour la Renaissance, mais conformément à l’idée même de ce qu’est un humaniste (entendu ici au sens large de la Renaissance), ceux qui participent à la République des Lettres et s’inscrivent dans la pratique active des « belles et bonnes lettres » : poètes et dramaturges, mais aussi polygraphes, historiens, juristes, médecins, naturalistes, collectionneurs, érudits et pédagogues, théologiens.... Une première liste fait apparaître bien sûr Montaigne, Brantôme, La Boétie, Marguerite de Navarre, Pierre de Brach, Jean Bouchet, Mellin de Saint Gelais, Élie Vinet, Jean Dorat, Agrippa d’Aubigné, ou un personnage plus inclassable comme Bernard Palissy, mais aussi le dramaturge bordelais Jean François Grossombre de Chantelouve, les poètes bordelais, limougeauds, périgourdins, niortais ou agenais Lancelot de Carle, Martial Monnier, Bernard du Poey, Antoine de la Pujade, Jacques de Besse, Eustorg de Beaulieu, Jean du Vigneau (traducteur du Tasse), le nouvelliste Jacques Yver (également maire de Niort), Madeleine et Catherine Des Roches, à Poitiers, les grands érudits humanistes Elie Vinet ou Jules-César et Joseph Scaliger, les juristes Gabriel de Lurbe, Florimond de Ræmond, Jean du Tillet, Jean de Champaignac ou Geoffroy de Malvyn, le juriste collectionneur Pierre Trichet, des médecins comme les bordelais Pierre Pichot (dont Montaigne possédait un exemplaire du De animorum natura), ou Etienne Maniald, professeur de médecine à l’Université et médecin de la ville, mais aussi le rochelais Loys De Launay, engagé dans une querelle médicale avec Jacques Grévin, des apothicaires, comme Jacques et Paul Contant, Samuel Veyrel, Antoine du Sin, Paul Moriceau, des nobles lettrés, comme Blaise de Montluc ou François de Foix Candale, auteur d’un Commentaire au Pimandre, ou encore des personnalités comme André Thevet, cosmographe angoumois des Valois, Jean Amelin, humaniste sarladais oncle de La Boétie, Jean Thenaud, moine franciscain, écrivain, voyageur, précepteur et aumônier de François Ier, et de nombreux autres encore, dont le projet permettra de recenser les noms et la production. Parmi ces figures qui, toutes, ont laissé des textes, plusieurs sont aussi des traducteurs, témoin de la vitalité de la culture antique en Aquitaine.

     Cette liste de personnalités aquitaines (au sens que donne au mot la géographie contemporaine) doit par ailleurs être complétée de deux manières : par l’ensemble des érudits et lettrés liés à l’Aquitaine par leur activité et leur carrière, ainsi des professeurs du Collège de Guyenne (Robert Balfour, Nicolas de Grouchy, George Buchanan, Marc Antoine Muret, les frères Gouvea), de l’académie d’Orthez (Nicolas des Gallars, Pierre Viret...), de Jean Dorat, natif de Limoges et maître de Ronsard, du poète Scévole de Sainte-Marthe, maire de Poitiers, ou du polygraphe, juriste et théologien protestant Lambert Daneau, appelé auprès des rois de Navarre, et par un ensemble de poètes et de lettrés à l’identité « gasconne », dont la terre d’élection entre Nérac, Agen et Condom est aujourd’hui partagée entre deux régions, mais dont le tropisme, par les réseaux de sociabilité, la formation bien souvent au Collège de Guyenne et par leurs œuvres publiées chez Millanges, était clairement bordelais (Millanges publia les premières œuvres du grand poète encyclopédique Guillaume Du Bartas, les œuvres de Pierre Charron, ou les Sonets exoteriques de Gérard-Marie Imbert, oncle de Scipion Dupleix, maître des Requêtes de Marguerite de Navarre). On peut compter également au nombre des auteurs dit « gascons » Jean de la Jessée, le médecin d’Henri IV Joseph Du Chesne, qui revendique fortement son identité gasconne et évoque ses années bordelaises (citant même les négociants des Chartrons) ou François de Belleforest. Il faut aussi compter avec Arnaud de Salette traducteur des 150 psaumes de David en langue béarnaise dont la graphie est codifiée à cette occasion. Le rôle spécifique joué par Marguerite de Valois à Nérac, puis de Jeanne d’Albret et de Catherine de Bourbon à Pau est un autre élément permettant de mettre en évidence l’identité et la cohérence de ces réseaux.

     Cet inventaire sera l’occasion de mettre en lumière des figures peu ou pas connues de la culture aquitaine, et surtout de faire apparaître l’identité aquitaine telle qu’elle était vécue au XVIe siècle, ainsi que de dessiner les aires d’influence culturelles des grandes villes de la région, et de distinguer les humanistes dont l’ancrage local est fort et ceux dont la carrière s’est faite d’abord ailleurs. Ce second travail a pour but de déboucher sur la publication, également en ligne, d’un Dictionnaire de l’humanisme et des humanistes aquitains. Il comportera des entrées par noms d’auteur, mais aussi noms de lieu et titres d’œuvres, afin de permettre une appréhension globale et variée de l’humanisme aquitain. Les notices porteront un intérêt particulier à l’ancrage dans les réseaux locaux, ce qui permettra que si certaines notices sont redondantes par rapport à des dictionnaires existants, comme celui des juristes, elles ne comportent pas exclusivement les mêmes informations. Un travail d’inventaire et de vérification des textes sera en particulier mené par les chercheurs engagés et par des étudiants stagiaires dans les fonds anciens des différentes bibliothèques régionales.
Les deux recueils, catalogues et dictionnaires, seront publiés sous forme numérique ouverte (en format HTML) sur le site de la Bibliothèque Municipale de Bordeaux, de manière à pouvoir être continuellement enrichis (au-delà de la durée du projet initial), complétés et mis à jour sur le long terme, et ouvrir la voie à des recherches futures. Ils accompagneront et éclaireront le travail de publication d’ouvrages numériques du fonds Millanges déjà réalisé sur Séléné (bibliothèque numérique de la Bibliothèque Municipale de Bordeaux). Le travail n’étant qu’engagé, des choix de publications similaires pourront émerger en cours de projet grâce aux recherches menées par chaque université.

     3. Par-delà ce premier travail de recension et de cartographie, l’originalité et l’apport spécifique du projet consisteront à étudier cette communauté érudite sous l’angle collectif, en dégageant les réseaux de sociabilité qui se dessinent à travers les dédicaces, les préfaces, les pièces d’escorte, mais aussi les recueils collectifs (comme le recueil poétique constitué à l’occasion de la mort de Blaise de Montluc, lieutenant général de Guyenne, et publié à la suite de ses Commentaires) et les références à la vie humaniste présentes à l’intérieur des œuvres (comme dans les poèmes du Pierre de Brach ou de Gérard-Marie Imbert, qui évoquent parfois des aspects très quotidiens de leur vie de lettrés et signalent les amitiés, les correspondances, les échanges) ou des mentions explicites des noms de leurs correspondants et relations, comme le fait Paul Contant. Ces pièces font apparaître non seulement les liens unissant les lettrés locaux (médecins, juristes et poètes se connaissent, se lisent et se fréquentent) entre eux, mais aussi les liens étroits avec d’autres milieux, comme ceux des poètes aquitains avec la Pléiade et les cercles parisiens (Muret, Dorat), ou ceux des médecins bordelais avec la grande université de médecine de Montpellier. Ils permettent donc à la fois de voir se dessiner l’unité de l’Aquitaine intellectuelle et les relations concrètes et quotidiennes qui se nouent entre ses savants, et la place qu’elle occupe dans l’humanisme national et européen. À ce titre, les résultats du programme Région EANAR 2019-2021, Les Élites Administratives en Nouvelle-Aquitaine à la Renaissance sur les territoires de la maison d’Albret-Bourbon (https://acronavarre.hypotheses.org/aproposeanar), porté par Philippe Chareyre à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour pourra apporter sa contribution.

   Ce troisième travail d’inventaire, la recension progressive de toutes les pièces susceptibles d’éclairer la constitution et la vie de ces réseaux, sera mené dans la perspective d’une base de données consistant d’abord en la constitution ordonnée d’une liste des pièces pertinentes, en vue d’une édition critique ultérieure de ce matériau (encodé au format TEI), afin de le mettre à disposition des chercheurs mais aussi des institutions culturelles de la région (la base de données proprement dite complète est un travail de très grande envergure qui demandera certainement la constitution d’un autre projet, mais qui ne pourra se faire qu’en s’appuyant sur un inventaire complet). Cette base sera également hébergée par la Bibliothèque Municipale, qui mettra ainsi à la disposition du grand public, à terme, un ensemble important de données sur l’Aquitaine de la Renaissance. Pour l’identification spécifique des réseaux des juristes aquitains, rendue importante par la présence d’un Parlement – et au-delà pour l’étude générale des juristes –, le projet s’appuiera plus particulièrement sur les liens entre le Centre Montaigne et l’Institut de Recherche Montesquieu de l’Université de Bordeaux (EA 7434), partenaire du projet, et sera également associé au séminaire international pluridisciplinaire sur l’humanisme juridique, coordonné par l’université Paris II Panthéon-Assas et l’IRM.

     Cet axe, le plus complexe à mettre en œuvre, s’appuiera également sur une série de journées d’études, de workshops associant les doctorants (Séminaires Inter Doctoraux) intégrés à la formation et de séances de séminaire et conférences, permettant d’inviter experts et spécialistes à s’interroger sur les modes et les lieux de relations humanistes et sur certains milieux plus restreints (les poètes, les juristes, les médecins), ainsi que d’engager des travaux comparatifs avec d’autres milieux pour mieux comprendre et dessiner l’identité aquitaine, mais aussi évaluer ce qu’elle a en commun avec les autres foyers humanistes.

II. Cette culture locale engage d’autres questions

     1. D’abord, celle de la langue dans laquelle elle s’exprime. Si le gascon n’a qu’une place très marginale, sauf dans la souveraineté béarnaise où il demeure la langue officielle et liturgique, le français et le latin sont les langues de prédilection de la production textuelle et littéraire et académique. Or l’usage du latin est un obstacle supplémentaire à la connaissance de cette culture par les lecteurs d’aujourd’hui. Le projet se propose donc d’engager une pratique de long terme, qui permettra de renouveler les méthodes pédagogiques et de créer des ponts entre les communautés étudiantes et un public plus large d’amateurs, par la mise en place d’un atelier de traduction des œuvres du fonds Millanges. Cet atelier a été créé à la rentrée universitaire 2019 et a besoin d’être pérennisé et certainement dédoublé pour devenir à la fois un lieu d’apprentissage du latin par l’exercice de la traduction (il espère ainsi faire revenir vers le latin les étudiants de lettres et leur montrer que cette langue est encore une langue vivante à la Renaissance), et un atelier de production de traductions académiques solides, accompagnées d’un apparat critique, destinées à être publiées en regard des textes latins numérisés sur la bibliothèque Séléné. La première traduction est en cours depuis septembre 2019. Cet aspect du projet est soutenu, intellectuellement et financièrement, par la Société d’Études Médio et Néo-latines, il s’appuie également sur un projet similaire déposé pour la région bourguignonne par le professeur Sylvie Laigneau-Fontaine («Burgundia humanistica : la Bourgogne Franche-Comté grecque et latine aux XVIe et XVIIe siècles») à l’Université de Bourgogne. Il repose sur un travail unissant les étudiants des Classes préparatoires aux Grandes Écoles du lycée Camille Jullian et un public d’amateurs de latin. Il a également pour but de susciter des travaux comparés, en particulier des thèses, entre culture latine antique et culture latine renaissante, le fonds Millanges comportant aussi bien des éditions annotées d’œuvres antiques par les érudits renaissants, comme Vinet, que des traductions en français de grands textes antiques, or aucune de ses traductions n’a été étudiée. Elles renseignent pourtant sur l’histoire même de la traduction et la manière de traduire, la place de la culture antique dans la culture locale, l’élaboration de la langue lettrée, etc.

     2. Une autre question importante est celle des marges de l’humanisme aquitain. L’examen des œuvres, en particulier celui des dédicaces, permet de mettre en évidence la place importante qu’y occupent les femmes. L’Aquitaine, d’abord, a pour spécificité d’être la terre de naissance, pour l’une, et d’élection, pour l’autre, des deux Marguerite : Marguerite d’Angoulême, sœur de François Ier et reine de Navarre par mariage, Jeanne d’Albret, sa fille, et Marguerite de Valois, également reine de Navarre deux générations plus tard. À la première Marguerite, on doit une œuvre littéraire importante (l’Heptameron, plusieurs pièces de théâtre et recueil de poésies), à la seconde, des textes, mais aussi et peut-être surtout une cruciale activité de mécénat et de patronage qui a marqué la ville de Nérac et l’ensemble des réseaux humanistes locaux de son empreinte. Or d’autres figures féminines ont joué un rôle important, et pas seulement à l’intérieur des recueils de Brantôme sur les dames : les Dames Des Roches, à Poitiers, Catherine de Bourbon et le théâtre de cour, le domaine des emblèmes avec Georgette de Montenay, Marguerite de Carle, épouse de La Boétie, Jacquette de Montbron, dédicataires des premières œuvres philosophiques de Champaignac, Diane d’Andoins ou Diane de Foix, à qui Montaigne adresse son essai sur « L’institution des enfants ». Un partenariat entre le projet HumanA, (dont le a terminal est aussi là pour rappeler la place des femmes dans un monde humaniste d’abord masculin) et le projet « Cité des Dames » permettra de consacrer un volet du présent projet à l’étude de ces figures féminines et à leur rôle, en étudiant leur rôle spécifique dans l’humanisme aquitain, en particulier l’enjeu lié à la présence des femmes dans les questions d’éducation, et, grâce à l’organisation en Aquitaine d’un colloque en collaboration avec le projet « Cité des Dames », de s’interroger sur la place des figures féminines de la Renaissance à l’échelle nationale. Un inventaire de la liste des ouvrages dédicacés et des pièces dédiées ou écrites pour ou sur des femmes sera également établi, afin de pouvoir analyser précisément leur place et leur rôle. La valorisation sera également assurée par la construction d’une promenade virtuelle des Dames du catalogue Millanges et l’identification de lieux symboliquement marqués par leur présence, pouvant aussi constituer un itinéraire touristique à travers l’Aquitaine, ou des « étapes des Dames ». Le partenariat avec le projet Cité des Dames engage, au-delà du projet HumanA, l’équipe « Hybridations savantes » et le Centre Montaigne, qui travaillent également à l’établissement d’un lexique du corps féminin pour la Bibliothèque Inter Universitaire de Santé, à l’analyse des préfaces d’ouvrages scientifiques dédiées à des Dames et à l’édition d’un ouvrage de science pour enfants de la fin de la Renaissance dans lequel un petit garçon enseigne la philosophie naturelle à sa petite sœur (Le Globe du Monde, de Simon Girault).

III. Ces lettrés, enfin, se forment, lisent, écrivent, correspondent, échangent

      Le projet se donne pour dernière grande mission d’éclairer à la fois la production littéraire et textuelle de ces auteurs et la manière dont leur culture s’inscrit dans le paysage urbain et privé, à travers l’analyse de la vie intellectuelle locale, celle de quelques formes d’écriture particulières, qui méritent des études spécifiques (comme le récit de cas, pour les juristes ou les médecins, les formes de la polygraphie ou celles de l’encyclopédisme), études pour lesquelles les auteurs locaux seront replacés dans le contexte national pour comprendre les enjeux d’écriture propres à certains genres ou types de texte pratiqués, ou à certains milieux – les juristes, les médecins, les poètes… –, et enfin l’analyse plus précise de certaines œuvres, et l’étude des lieux de production et de vie culturelle (boutiques et ateliers des imprimeurs-libraires, bibliothèques, collections et cabinets de curiosités, lieux de formation). Une série de journées d’étude, de séances de séminaire et de workshops sera organisée pour faire le point sur les grands thèmes, les grands mouvements et les grandes figures structurant la vie culturelle locale, dans divers lieux représentatifs de la survie de cette culture : Bibliothèque de Bordeaux, Musée d’Aquitaine, Château de Pau, Médiathèque intercommunale de Pau-Pyrénées, Cour d’appel de Bordeaux, Pôle Judiciaire et Juridique, Bibliothèque Municipale de Limoges, Espace Pierre Mendès France de Poitiers, musée Jeanne d’Albret à Orthez.

 

Imprimer

Modalités de mise en œuvre du projet

 

Pour mener à bien l’ensemble des du projet, celui-ci repose :

     - sur une interaction partielle avec le projet « Hybridations savantes », porté par le Centre Montaigne, qui a déjà constitué une équipe à la fois locale, nationale et internationale de spécialistes et étudie les formes hybrides de la culture humaniste à l’échelle régionale, nationale et européenne, en s’interrogeant plus particulièrement sur les figures comme les juristes lettrés, les médecins poètes, les collectionneurs…

     - sur la constitution d’une équipe régionale, propre au projet HumanA, de spécialistes de la Renaissance venus de disciplines diverses : histoire, histoire de l’art, histoire des sciences, lettres, histoire du droit, histoire du livre, fédérant les chercheurs spécialistes de la Renaissance des universités de Bordeaux, Limoges, Poitiers et Pau – Pays de l’Adour.

     - sur la constitution d’une « équipe élargie », soit un ensemble de chercheurs français et étrangers spécialistes d’une ou plusieurs personnalités (Jean Bouchet, Pierre de Brach, Montaigne, Mellin de Saint Gelais…) ou d’un thème (la poésie scientifique, le théâtre de collège, la médecine, le droit…) ayant donné leur accord pour participer au dictionnaire, donner des conférences ou animer des workshops. Ce réseau, dont le noyau est constitué, est destiné à s’élargir et permettra aussi de repérer les pièces poétiques et les préfaces à encoder et à éditer.

     - sur des partenariats ciblés, selon les axes du projet, avec des sociétés savantes (Société d’Études Médio et Néo-Latines, Société des Bibliophiles de Guyenne) et avec d’autres projets dont les recherches recoupent les nôtres (séminaire sur l’Humanisme Juridique, projet « Cité des Dames », « Burgundia Humanistica », travaux sur l’encyclopédisme et les savoirs de l’équipe AMo de Nantes).

     - Il s’appuie enfin sur le site Curiositas.org créé par des enseignants-chercheurs seiziémistes et dix-septiémistes de l’Université de Poitiers, Myriam Marrache-Gouraud, Pierre Martin et Dominique Moncond’huy (hébergé par l’Espace Pierre Mendès France de Poitiers et dirigé par Myriam Marrache-Gouaraud, base de données de référence sur les cabinets de curiosités et les collections remarquables, en Aquitaine et au-delà, et sur des acteurs locaux (librairie Mollat, EPMF) permettant d’en assurer la médiation.

     Une grande partie des travaux pourra être menée par les chercheurs indépendamment les uns des autres (inventaires, rédactions de notices), la mise en commun des données sera assurée par une réunion annuelle et les échanges réguliers par voie informatique ; les journées d’étude, séminaires et workshops seront d’autres moments de recherche et de réflexion collective permettant d’assurer l’unité du travail. La gouvernance sera assurée par un comité de pilotage constitué du porteur principal du projet et d’un chercheur par université de la région (Xavier Prévost, directeur de l’IRM, UB ; Philippe Chareyre, UPPA, Dominique Moncond’huy, Poitiers, Thibault Catel, Limoges). Les chercheurs engagés se partageront également, selon leurs compétences, les responsabilités disciplinaires des actions (médecine, philosophie et poésie savante ; littérature française, droit ; poésie ; littérature néo-latine ; histoire de la réforme, collections et cabinets de curiosité, traduction…).

     Les actions seront déclinées en actions académiques, pédagogiques et de valorisation et médiation. La recherche proprement dite sera conduite à travers le travail collectif et la mise en place d’un réseau international de spécialistes pour recenser les pièces et rédiger les notices du dictionnaire, et les mêmes spécialistes seront invités à la fois à des journées d’étude et colloques, mais aussi à animer des formats plus brefs de workshops permettant d’intégrer les étudiants à la recherche.

     L’aspect pédagogique reposera sur la tenue régulière de l’atelier de traduction, la formation à la recherche par l’association des étudiants à l’enquête dans les archives, à la réalisation de notices ou à la pratique de l’édition critique, dans le cadre des masters recherches et valorisation patrimoniale, mais aussi l’ouverture des formations vers les pratiques nouvelles d’édition du texte par l’initiation des étudiants du parcours « Métiers de l’écrit » à l’encodage TEI des textes anciens pour la publication en ligne et la constitution de bases de données. Cet aspect permettra ainsi de réfléchir aux possibilités nouvelles qu’offre le numérique pour travailler sur des textes pour lesquels l’édition traditionnelle n’est peut-être plus l’outil le plus pertinent. Le projet intègrera aussi des stages courts ou perlés à la Bibliothèque municipale de Bordeaux et à la médiathèque de Pau, offerts aux étudiants de ces formations.

     La valorisation sera apportée par la création d’un espace numérique dédié à l’humanisme aquitain sur le site de la bibliothèque numérique Séléné de la bibliothèque municipale et l’extension du format actuel de publication (textes numériques uniquement) vers la possibilité de publication en format TEI, afin d’y créer le Dictionnaire des humanistes et de l’humanisme aquitains, le catalogue des pièces littéraires témoins des réseaux humanistes et les traductions des œuvres néo-latines issues de l’atelier (éventuellement, dans un deuxième temps, la base de données des pièces d’escorte). Pièces littéraires et traductions seront éditées au format d’encodage TEI, auquel l’ensemble de l’équipe bordelaise est en train de se former (un stage de formation est organisé par l’Université en décembre 2019, à l’initiative du projet « Hybridations savantes »). Le fonds ainsi constitué pourra nourrir la connaissance plus fine des milieux locaux, aussi bien pour les différentes instances muséales que pour les développements touristiques. Il pourra être mis en lien avec la Bibliothèque Numérique des Ressources Pyrénéennes (BNRP) http://www.pireneas.fr/

     Les partenariats avec la Librairie Mollat, le Musée d'Aquitaine et l’Espace Pierre Mendès France permettront la mise en place d’actions spécifiques de médiation (dont plusieurs ont été créées à l’occasion de cette rentrée 2019), afin de diffuser les connaissances sur l’humanisme à un plus large public : création d’une rubrique sur l’humanisme aquitain dans la revue L’actualité nouvelle-aquitaine. Science et culture, innovation, organisation du cycle régulier de rencontres autour de Montaigne « Une soirée, un Essai » à la librairie Mollat, rencontres annuelles « Postérité de la Renaissance », qui consistent à interroger un artiste ou un intellectuel contemporain sur une exploitation particulière qu’il a faite de la Renaissance (en particulier de la figure de Montaigne), valorisation renforcée par les actions propres au projet Hybridations savantes, comme les Rencontres de l’Académie des Sciences, des Arts et Belles Lettres de Bordeaux, toutes actions déjà mises en place par le Centre Montaigne, ainsi que par des conférences dans d’autres cadres, comme le cycle de conférences annuel organisé par la Société des Bibliophiles de Guyenne, partenaire du projet.

Imprimer

Actions et réalisations prévues

Nous proposons ici un descriptif complet du projet. L'ampleur de sa réalisation sera modulée en fonction des financements obtenus.


I. Contribution à l’établissement des sources et cartographie de l’humanisme aquitain

     1. Reconstitution du catalogue de Simon Millanges, aujourd’hui recensé dans diverses publications papier anciennes : le catalogue sera reconstitué dans son intégralité et mis en ligne. L’usage du format numérique permettra, outre la consultation du catalogue dans son ensemble, de disposer de liens vers les œuvres numérisées insérées dans les notices, à chaque fois qu’une numérisation existe, soit sur Séléné, soit ailleurs. Il est prévu que la Bibliothèque Municipale procède à cette occasion à une vérification des notices issues de la rétroconversion du catalogue papier, et conduise une vérification livre en main des exemplaires afin de pouvoir indiquer également dans le catalogue les particularités des exemplaires détenus. À Pau, reprise de l’inventaire des impressions béarnaises.

     2. Constitution progressive d’une base de données de l’humanisme aquitain, dont le contenu sera établi à la fois par le travail individuel des chercheurs et les résultats des travaux collectifs réalisés dans les deux autres axes.
Elle comportera des entrées :
    - par nom de personne
    - par nom de lieux
    - par titre d’œuvres pour certains ouvrages dont l’ancrage aquitain est spécifique.
    - par thèmes

     3. Création d’un inventaire des dédicaces, poèmes de circonstances permettant de reconstituer les réseaux humanistes et de mettre en évidence leur structuration locale et nationale. Cet inventaire permettra, dans un deuxième temps, de créer une base de données de ces pièces, idéalement en les éditant en encodage TEI et en constituant un apparat critique, historique, sociologique et littéraire. Par ailleurs, par le biais de la structuration numérique, il pourra être présenté de manière autonome mais aussi intégré aux notices du dictionnaire : pour chaque auteur recensé, ainsi, on fera figurer en queue de notice l’ensemble des pièces d’escorte données à d’autres, l’ensemble des pièces reçues pour ses ouvrages et les éventuelles mentions à l’intérieur d’autres textes.

     4. Inventaire spécifique des pièces liées aux Dames.
En partenariat avec le projet « Cité des Dames », établissement de la liste des ouvrages dédicacés et recension des pièces dédiées ou écrites pour ou sur des femmes afin de pouvoir analyser précisément leur place et leur rôle. Construction d’une promenade virtuelle des « Dames du catalogue Millanges » et identification de lieux symboliquement marqués par leur présence, pouvant aussi constituer un itinéraire touristique à travers l’Aquitaine, ou des « étapes des Dames » (possibilité d’inscrire la préparation de ce projet dans le cadre pédagogique, par exemple pour une étudiante du master Genre de l’UBM travaillant sur la Renaissance).

II. Étude de la vie intellectuelle, des réseaux de sociabilité et de la construction de l’identité aquitaine

    A. Actions de recherches

      1. Colloques et journées d’étude

« La vie intellectuelle en Aquitaine à l’époque de Montaigne », en partenariat avec l’IRHT, la SBG, la Bibliothèque Municipale de Bordeaux et le Musée d’Aquitaine :
     - 1-2 avril 2020 : « La vie du livre en Aquitaine », accompagnée de la présentation de la restauration de l’Exemplaire de Bordeaux des Essais de Montaigne, Bibliothèque Mériadeck, Bordeaux.
     - 15 Octobre 2020 : « Les bibliothèques et collections », Bibliothèque de la cour d’appel de Bordeaux.
     - Février / mars 2021 : « Les milieux intellectuels du droit et de la médecine », Pôle Juridique et Judiciaire de Bordeaux.
     - Février /mars 2022 : « Le Collège de Guyenne », Musée d’Aquitaine.

À ce cycle initialement prévu s’ajoutent quatre journées :
- Juin 2020 : « La vie intellectuelle en Limousin-Périgord » (première journée, Limoges)
- Mars 2022 : « Les Académies protestantes et la vie intellectuelle réformée en Aquitaine » (Pau)
- Juin 2022 : « La vie intellectuelle en Limousin-Périgord » (deuxième journée, Limoges)
- Novembre 2022 : « L’Enseignement de la dialectique et de la logique en Aquitaine. Manuels et pratiques de lecture au Collège » (Musée d’Aquitaine, Bordeaux)

- Colloque international « Les femmes et les savoirs dans les réseaux urbains de l’humanisme », Pau, juin 2021, organisé en collaboration avec le projet « Cité des Dames ».
- Journée d’étude « Les juristes dans la République des Lettres », décembre 2021, EPMF, Poitiers, en partenariat avec le Séminaire sur l’Humanisme Juridique et le Centre d’Études Supérieures sur la Renaissance.
- Journée d’étude sur Joseph Du Chesne, médecin du roi Henri IV, Décembre 2022, Bordeaux ou Pau.

À ces journées thématiques s’ajoutent deux réunions de préfiguration :
    - Repérage des fonds de la BU et de la BM de Limoges et de la médiathèque Pau-Pyrénées.
    - Rencontres interdisciplinaires pour un projet de recherches sur le quartier historique de l’actuel Musée d’Aquitaine à l’époque de Montaigne (« Pour une histoire du quartier St Eloi »).

      2. Valorisation

- Publication des actes des journées d’étude sur la « Vie intellectuelle » dans la Revue française d’histoire du livre, revue de la Société des Bibliophiles de Guyenne.
- Mise à disposition de données pour le développement d’expositions virtuelles sur l’humanisme renaissant et ses aspects sur le site de la Bibliothèque Municipale ou sur Curiositas.org : expositions sur Millanges, sur Elie Vinet, sur tous les poètes inconnus, ou sur les pièces d’escorte, par exemple.
Organisations d’expositions par les bibliothèques de Pau, dans un projet en partenariat avec le master Valorisation des patrimoines de l’UPPA et de Limoges.
- Édition du Synopsis rerum variarum, tam naturalium quam artificialium, quae in musaeo Petri Tricheti Burdigalae reperiuntur de Pierre Trichet, témoin de l’activité des collectionneurs aquitains.
- Enrichissement du site Curiositas.org

 III. Pratiques d’écriture et vie littéraire

 1. Actions de recherche

    - Colloque international, mai 2020 : « La fortune des « irregolari » italiens dans l’Europe de la Renaissance : circulation des formes et acclimatation de la figure du polygraphe ».
    - Journée d’étude, décembre 2020 : « Autour d’un récit de cas bordelais : les enjeux de la mise en récit chez les médecins et les juristes », Poitiers, Espace Pierre Mendès France.
    - Journée d’étude juin 2022 : « Aquitaniæ latinæ 1400-1700 : la littérature néo-latine en Aquitaine, en partenariat avec la Société d’Étude Médio- et Néo-Latines (SEMEN-L).
    - Contributions et participations congrès de la Semen-L (Société d’Études Medio- Et Néo-Latines), « latin et grec à la Renaissance », juin 2020, Dijon, org. S. Laigneau-Fontaine, en collaboration avec le projet « Burgundia Humanistica »).

    - En collaboration avec la Société des Bibliophiles de Guyenne, la Bibliothèque Municipale et le Musée d’Aquitaine  : série de conférences sur trois ans et workshops réguliers, permettant l’invitation d’experts scientifiques pour repérer les pièces à éditer, établir la liste des notices du dictionnaire, contribuer à leur rédaction, affiner la méthodologie mais aussi rencontrer les étudiants lors des séances de travail et proposer des interventions sur les grands thèmes ou les grandes figures (la liste des experts n’est pas close) :
    - « La poésie française en Aquitaine ».
    - « Poetae burgudenses, poetae burdigalenses : la poésie néo-latine d’est en ouest », en collaboration avec le projet régional « Langues modernes et langues patrimoniales : Burgundia Humanistica», déposé par le Pr. Sylvie Laigneau-Fontaine- (Université de Bourgogne).
    - « Recueils collectifs, échanges et réseaux littéraires en Aquitaine »
    - « Traducteurs et traductions en Aquitaine »

2. Valorisation

    - Établissement et publication de traductions en ligne de textes néo-latins en encodage TEI en regard des ouvrages numérisés, sur la bibliothèque Séléné.
    - Publication des résultats de la recherche sous forme de livres, de préférence au format numérique, et dans des revues.


Actions pédagogiques et de médiation liées à l’ensemble du projet


    - Création d’une collection « Savoirs Humanistes » sur la plateforme numérique des Presses Universitaires Aquitaine, afin de développer une pratique de publication s’appuyant sur les possibilités nouvelles de l’édition numérique et permettant une publication plus rapide et plus ouverte des résultats de la recherche. La collection a vocation à publier les résultats de la recherche du projet autant qu’à accueillir des ouvrages extérieurs traitant d’objets transversaux liés précisément à la question des savoirs humanistes et à leur circulation.
    - Atelier de traduction du néo-latin, ouvert à tous les amateurs de latin, hébergé par la Bibliothèque Municipale. Traduction, commentaire et invitation de deux intervenants par an, selon les besoins propres aux œuvres traduites. Cette année, l’atelier reçoit Jacqueline Vons, agrégée de Lettres Classiques, historienne de la médecine et traductrice de Vésale et traduit le récit de cas d’une naissance prodigieuse survenue à Gradignan en 1591, récit de cas fait par un médecin bordelais et publié par Simon Millanges.
    - Publication, sous forme de chronique, de portraits d’humanistes aquitains ou d’articles sur les réseaux aquitains dans L’actualité nouvelle-aquitaine. Science et culture, innovation, revue de la Nouvelle Aquitaine de l’Espace Pierre Mendès France de Poitiers. Dans un second temps, lorsque les recherches auront avancé, une réflexion sera menée conjointement avec l’Espace Pierre Mendes France pour travailler à la médiation scientifique des résultats du projet.
    - Organisation de conférences à destination des étudiants et du grand public :
    - « Rencontres de l’Académie des Sciences », autour des formes hybrides du savoir. Certains des workshops mentionnés ci-dessus pourront aussi donner lieu à une ouverture au public, de même que les séances avec invité de l’atelier néo-latin.
    - Cycle de conférences au et avec le Musée d’Aquitaine : « Le Quartier St Eloi et la ville de Montaigne ».
    - rencontres « Une soirée, un essai » : lectures commentées des Essais de Montaigne, Station Ausone, Librairie Mollat (deux ou trois rencontres par an)
    - Rencontres « Postérités de la Renaissance ».
    - Organisation d’une exposition sur les humanistes de la cour de Navarre à la médiathèque de Pau.
    - Création d’un parcours des Dames de Millanges avec le projet « Cité des Dames »
Certaines de ces rencontres sont filmées et mises en ligne grâce au partenariat avec la Librairie Mollat, et demeurent donc accessibles. Elles viennent enrichir un ensemble de ressources vidéos sur la Renaissance Aquitaine.

Imprimer

Projet HumanA. Humanisme en Aquitaine : État de l'art

 

     Nous n’essayons pas de donner ici une bibliographie exhaustive sur chacune des figures aquitaines (nous ne proposons pas une analyse littéraire, et la seule bibliographie sur Montaigne occupe des dizaines de pages), mais un état de l’art portant sur le cœur du projet : l’étude des réseaux humanistes et de la vie intellectuelle et la mise en lumière des figures moins connues. Nous donnons les travaux fondateurs sur la vie intellectuelle en Aquitaine (dont tous ceux qui méritent d’être repris et prolongés), les publications récentes qui ont renouvelé l’approche de la question et fournissent des bibliographiques plus détaillées sur leur sujet et les publications significatives des membres du projet et du Centre Montaigne sur le sujet (en gras).

Sites associés au projet

    - site du Centre Montaigne : https://centre-montaigne.huma-num.fr/
    - site dédié aux cabinets de curiosités : https://curiositas.org/

Sites patrimoniaux aquitains

     - Site Séléné de numérisations de la Bibliothèque Municipale de Bordeaux : http://bibliotheque.bordeaux.fr/in/le-patrimoine/bibliotheque-numerique sur lequel on trouve l’ensemble des textes imprimés chez Millanges que détient la bibliothèque et les ouvrages de droit des juristes locaux.
    -Collection « Patrimoine juridique » numérisé par les Bibliothèques universitaires de Bordeaux : http://www.babordnum.fr/collections/show/2
    - Bibliothèque Numérique du Limousin : http://www.bn-limousin.fr/
    - Collection Patrimoine numérisé de la Médiathèque de Poitiers : http://patrimoine.bm-poitiers.fr/patrimoine-numerise.aspx
    - Pour la bibliothèque de Montaigne, voir le site du projet Monloe :https://montaigne.univ-tours.fr/category/librairie/volumes/
    - Société Archéologique et Historique du Limousin : http://sahlim.fr/
    - Société Historique et Archéologique du Périgord : https://www.shap.fr/

Revues et sources patrimoniales

    - Bulletin de la Société des Bibliophiles de Guyenne : http://1886.u-bordeaux-montaigne.fr/items/show/76522
    - Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb344240391

    - Revue de l’Agenais et des anciennes provinces du Sud-Ouest : historique, littéraire, scientifique & artistique : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb328571481
    - Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb343569906
    - Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Pau : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34424038p
    - Lemouzi : organe mensuel de l’École limousine félibréenne : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34429635h
    - Revue d’Aquitaine : journal historique de Guienne, Gascogne, Béarn, Navarre : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb328567740
    - Revue de Gascogne : bulletin mensuel du Comité d’histoire et d’archéologie de la province ecclésiastique d’Auch : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32857084m
    - Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde : bulletin de la Société d’histoire : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb343631836
    - Société des archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32701443g

 

I. Vie culturelle et intellectuelle en Aquitaine, réseaux intellectuels, mécénat, vie religieuse, outils méthodologiques pour leur étude

   ANDRAULT, Jean-Pierre, Poitiers à l’âge baroque 1594-1652. Une capitale de province et son corps de ville, paru dans Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest et des Musées de Poitiers, 5e série, t. IX-X, 2vol., 2003.

   ANGARD Laurent, CHICHKINE Vladimir, « Réalité et représentation de Nérac dans les œuvres de Marguerite de Valois », Albineana, 24, 2012, p. 17-32.

   ARNOULD Jean-Claure et MILHE-POUTINGON Gérard, Les normes du dire au 16e siècle, textes réunis par Paris, H. Champion, 2004.

   Around Montaigne. A Group of Books reflecting the Intellectual Life of Bordeaux in the Time of Montaigne, Bernard Quaritch, 2005.

   BARCKHAUSEN Henri, Statuts et règlements de l’ancienne Université de Bordeaux (1441-1793), Bordeaux, impr. Georges Bouchon, 1886. http://www.babordnum.fr/items/show/526

   BARRIÈRE Pierre, La vie intellectuelle en Périgord, 1550 - 1800, Paris, Delmas, 1936.

   BARUTEL Florence, Au fil de l’histoire des musées de Bordeaux : des premiers antiques au musée d’Aquitaine, Éditions de l’Entre-deux-Mer, Saint-Quentin-de-Baron, 2015.

   BAUDOUIN-MATUSZEK Marie-Noëlle, « La bibliothèque de Marguerite de Valois», dans Isabelle de Conihout et al. (dir.), Henri III mécène des arts, des sciences et des lettres, Paris, PUPS, 2006, p.273-292.

   BERNADAU Pierre, Histoire de Bordeaux: contenant la continuation des dernières histoires de cette ville, depuis 1675 époque où elles se terminent jusqu’en 1838, Bordeaux, 1839 et 2e édition remaniée 1844.

   BERRIOT-SALVADORE E., CHAREYRE Ph., MARTIN-ULRICH C. (dir.), Jeanne d’Albret et sa Cour, Paris, H. Champion, 2004.

   Bordeaux 2000 ans d’histoire, catalogue d’exposition, Bordeaux, Musée d’Aquitaine, 1973.

   BOUCHON Georges, Histoire d’une imprimerie bordelaise, 1600-1900, Bordeaux, G. Gounouilhou, 1901.

   BOURRACHOT Louise, « Agen et Marguerite de Valois, reine de Navarre», Marguerite de France, reine de Navarre et son temps, Agen, Centre Matteo Bandello, 1994, p. 61-80.

   BOUTRUCHE Robert, Bordeaux de 1453 à 1715, Bordeaux, Fédération historique du Sud Ouest, 1966 (tome IV de l’Histoire de Bordeaux sous la dir. de Ch. Higounet).

   CASSAN Michel, Le Temps des guerres de religion. Le cas du Limousin (vers 1550-1630), Paris, Publisud, 1996.

   CIROT Georges, « Visites d’universitaires portugais à Bordeaux », Bulletin Hispanique, 25, 3, 1923, p. 261-264.

   CHALINE Olivier et SASSIER Yves (dir.), Les Parlements et la vie de la cité : XVIe-XVIIIe siècle, Rouen, Publications de l’université de Rouen, 2004.

   CHAMPEAUD Grégory, Le Parlement de Bordeaux et les paix de religion (1563-1600). Une genèse de l’Édit de Nantes, Bouloc, Éditions d’Albret, 2008.

   CHAREYRE Philippe, Le livre au temps de Luther, Catalogue de l’exposition présentées les 10 octobre-10 novembre 2017 à la Médiathèque André Labarrère, Usine des tramways, Pau, et les 22 novembre-30 décembre au musée Jeanne d’Albret, Orthez, Musée Jeanne d’Albret, Orthez, 2017,
___, « L’héritage de Pierre Viret en Béarn », Pierre Viret et la diffusion de la Réforme, Karine Crousaz et Daniela Solfaroli Camillocci (ed.), Éditions Antipodes, Lausanne, 2014, p. 371-405.
___, « L’histoire du Béarn et de la Navarre de Nicolas de Bordenave : Une autre écriture de l’histoire huguenote  », L’identité huguenote, faire mémoire et écrire l’histoire (XVIe-XXIe siècles), Ph. Benedict, H. Daussy, P.-O. Léchot (dir.), Droz, 2014, p. 145-169.
___, « "Le petit Genève de Pau" ou l’Église réformée de Béarn Navarre au temps de Marguerite de Navarre », Albineana, 24, 2012, p. 91-111.
___, La construction d’un État protestant. Le Béarn au XVIe siècle, CEPB, Pau, 2010.

   CHAYES Evelien, « La nouvelle dialectique à Bordeaux. La réception de Rodolphe Agricola dans l’entourage de Michel de Montaigne », Revue française d’histoire du livre, 139, 2019, p. 17-26
___, « Paradoxes d’antijudaïsme en Guyenne à l’époque de la Contreréforme. L’Anti-christ de Florimond de Raemond (1597/ 1599) », Judaïca et comparatisme. Mélanges pour Astrid Starck-Adler, Danielle Buschinger, Roy Rosenstein (dir.), Amiens, Presses du Centre d’Études médiévales de Picardie, 2019, p. 469-476.
___, avec Marie-Élisabeth Boutroue, Arnaud Boucher, Olivier Pédeflous, Patricia Roger-Puyo, Nicole Vincent, "Techniques nouvelles, vieilles lectures : le livre humaniste reconsidéré", Camenæ, 2018.
___, « Bibliothèques bordelaises à l’époque de Montaigne », Revue française d’histoire du livre, 138, 2017, p. 53-77.
___, « Le parlement de Bordeaux et les Essais, de l’erreur au jugement. Statut d’autographe et rhétorique », Bulletin de la Société internationale des Amis de Montaigne, 62, 2015-2, p. 35-54.

   CHARTIER Roger, COMPÈRE Marie-Madeleine et JULIA Dominique, L’Éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1976.
___, Les Collèges français, 16e-18e siècles, Paris, INRP, 2002.

   CHARTIER Roger et MARTIN Henri-Jean, Histoire de l’édition française. I. Le livre conquérant. Du Moyen Âge au milieu du XVIIe siècle, Paris, Fayard, 1982.

   CHAVY Paul, Traducteurs d’autrefois au Moyen Âge et à la Renaissance : dictionnaire des traducteurs et de la littérature traduite, Champion-Slatkine, Paris, 1988.

   CHEVÉ Joëlle, La Noblesse du Périgord, Paris, Perrin, 1998.

   CLAUDIN Anatole, Les origines de l’imprimerie à La Réole en Guyenne (1517). Recherches sur la vie et les travaux de Jean le More, dit Maurus de Coutances, imprimeur et professeur de grammaire (1507-1550), 1894.
___, Origines et débuts de l’imprimerie à Poitiers. Bibliographie des premiers livres imprimés dans cette ville, 1479-1515, avec notes, commentaires, éclaircissements et documents inédits, Paris, A. Claudin, 1897.

   CLEMENT-SIMON Gustave, Curiosités de la bibliographie limousine, Limoges, 1905, Genève, Slatkine Reprints, 1972.

   COCULA-VAILLIÈRES Anne-Marie, Histoire du Périgord, Ed. J.P. Gisserot, 2019.
___, « Règlement de compte au sein des élites aquitaines durant l’éclipse des Bourbon-Albret », Cahiers d’histoire, 15-4, 2000, p. 563-586.
___, « Le premier séjour de Marguerite de Valois à la cour de Nérac du 28 juillet au 1er août 1565 », Albineana, 24, 2012, p. 33-43.

   COMPÈRE Marie-Madeleine et JULIA Dominique, « Bordeaux, collège de Guyenne, collège de plein exercice », Les collèges français, 16e-18e siècles. Répertoire 1 - France du Midi, Publications de l’Institut national de recherche pédagogique, 1984.

   COOPER Richard, « Histoire et archéologie de la Gascogne antique au XVIe siècle », Méthodes et écritures de l’Histoire, C. Magnien-Simonin et D. Bolher, Genève, Droz, 2005, p. 143-166.

   COURTEAULT Paul, « Les origines de l’imprimerie à La Réole », Revue historique de Bordeaux, 1926, p. 63-71.

   COSTE Laurent, « La révolte de 1548 et la naissance de l’image d’une ville rebelle », L’Aquitaine révoltée, Émilie Champion, Dominique Pinsolle, Jacques Puyaubert et Mathieu Servanton (dir.), Bordeaux, 2014, p. 69-81.
___, Élites municipales françaises. Dictionnaire prosopographique. Les jurats de Bordeaux de 1550 à 1789, BORDEAUX FRANCE, CGSO-HISME-SAHCC, 2008.
___, « Écrire l’histoire de Bordeaux au XVIIe siècle : la Chronique bourdeloise », Revue française d’histoire du livre, Droz, 2005.
___, Messieurs de Bordeaux. Pouvoirs et hommes de pouvoir à l’hôtel de ville (1548-1789), Bordeaux, CAHMC-FHSO, 2006.
___, « Les bibliothèques des jurats bordelais au XVIIe siècle », Revue Française d’Histoire du Livre, 112-113, 2001, p. 101-131.

   CROUZET-PAVAN Élisabeth, CROUZET Denis et DESAN Philippe, Cités humanistes, cités politiques (1400-1600), PUPS, 2014.

   DELARUELLE Louis, « Recherches sur l’enseignement des humanités dans le Sud-Ouest de la France pendant le premier tiers du XVIe siècle », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, 60, 237-238, 1948, p. 249-259.

   DELAUNAY, Paul, « Les maîtres apothicaires sous l’Ancien Régime », Revue d’histoire de la pharmacie, 107, 1939, p. 153-154.

   DELPIT Jules, Origines de l’imprimerie en Guyenne, Bordeaux, Imprimerie E. Forastié, 1869.

   DESAN Philippe, « Bibliothèque de Montaigne », Dictionnaire de Michel de Montaigne, dir. Ph. Desan, Paris, Champion, 2007, p. 126-130.
___, « Préfaces, prologues et avis au lecteur : stratégies préfacielles à la Renaissance », What is Literature? France 1100-1600, F. Cornillat, U. Langer et D. Kelly (dir.),  Lexington Kentucky, French Forum Publishers, 1993, p. 105-116.
___, « ’Messieurs de Bordeaux m’esleurent maire de leur ville’ : Montaigne, administrateur humaniste », Cités humanistes, cités politiques (1400-1600), Élisabeth Crouzet-Pavan, Denis Crouzet et Philippe Desan,  PUPS, 2014.

   DESGRAVES Louis, L’Aquitaine aux XVIe-XVIIIe siècles : institutions et culture, Bordeaux, Fédération Historique du Sud-Ouest, 1992.
___, Évocation du vieux Bordeaux, Bordeaux, Vivisques, 1989.
___, La Presse à Bordeaux, XVIe-XVIIIe siècles, Bordeaux, Sud-Ouest, 1996.
___, Le Livre en Aquitaine, XVe-XVIIIe siècles, Biarritz, Atlantica, 1998.
___, Les Ouvrages pédagogiques imprimés à Bordeaux aux XVIe et XVIIe siècles, Bordeaux, Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts, 1964.
___, Bibliographie bordelaise : bibliographie des ouvrages imprimés à Bordeaux au XVIe siècle et par Simon Millanges, 1572-1623, Baden-Baden, Koerner, 1971.
___, Bibliographie des ouvrages imprimés par Simon Millanges : 1572 à 1623, Bordeaux, Société des bibliophiles de Guyenne, 1951 (sec. supplém., Bordeaux, impr. Taffard, 1965).
___, Bibliographie des ouvrages imprimés par l’imprimeur bordelais Jacques Millanges, 1620-1624, Bordeaux, [Impr. Bière], 1957
___, Dictionnaire des imprimeurs, libraires et relieurs de Bordeaux et de la Gironde : XVe-XVIIIe siècles, Baden-Baden, V. Koerner, 1995.
___, Dictionnaire des imprimeurs, libraires et relieurs de la Dordogne, des Landes, du Lot-et-Garonne et des Pyrénées-Atlantiques (XVe-XVIIIe siècles), Baden-Baden, V. Koerner, 2005.
___, L’inventaire du fonds de livres du libraire bordelais Jacques Mongiron-Millanges en 1672, Bordeaux, Imp. Taffard, 1973.
___, « Les relations entre les imprimeurs et libraires bordelais et allemands du 15e au 18e siècle », Présence de l’Allemagne à Bordeaux du siècle de Montaigne jusqu’à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, Bordeaux, PUB, 1997, p. 169-172.
___, P. Roudié, Actes notariés concernant les imprimeurs et libraires de Bordeaux dans la première moitié du XVIe siècle, Bordeaux, Bibliothèque municipale, 1963.

   DEVIENNE (Dom), Histoire de la ville de Bordeaux, contenant les événements et la vie de plusieurs hommes célèbres, Bordeaux, Simon de la Court, 1771.

   DEZEIMERIS Reinhold, De la Renaissance des lettres à Bordeaux au XVIe siècle, discours de réception prononcé à l’Académie de Bordeaux le 17 décembre 1863, Bordeaux, G. Gounouilhou, 1864, Genève, Slatkine, 1970.

   DHOMBRES Jean, Aventures scientifiques : savants en Poitou-Charentes, du XVIe au XXe siècle, Poitiers, Éditions de l’Actualité Poitou-Charentes, 1995.

   DROZ ET DESGRAVES, L’imprimerie à La Rochelle. I. Eugénie DROZ, Barthélémy Berton, 1563-1573. II. Louis DESGRAVES, Les Haultin, 1571-1623. III. Eugénie DROZ, La veuve Berton et Jean Portau, 1573-1589, Genève, Librairie Droz, 1960.

   La Familia de Montaigne, Montaigne Studies, XIII, 1-2, 2001.

   FAVREAU Bertrand (dir.), Le Parlement de Bordeaux, 1462-2012. 550 ans d’Histoire du Parlement et du Barreau de Bordeaux, Bordeaux, Chawan, 2014.

   FAVREAU Marc, « À la recherche des origines des Bordeaux : approche et analyse des Antiques par les voyageurs du XVIIe siècle », Revue Française d’Histoire du Livre, 112-113, 2001.

  FERRADOU, Carine et CATELLANI Nathalie, "La sodalité bordelaise de George Buchanan" dans Ingrid A. R. DE SMET, Paul WHITE Sodalitas litteratorum, Etudes à la mémoire de Philip Ford, Genève, Droz, 2019. ⟨hal-02399825⟩

   FERRAND Mathieu et ISTASSE Nathaël, Nouveaux regards sur les « Apollons de collège ». Figures du professeur humaniste en France dans la première moitié du XVIe siècle, Genève, Droz, 2014.

   FERRER Véronique et MAGNIEN Catherine, La Cour de Nérac au temps de Henri de Navarre et de Marguerite de ValoisAlbineana, 24, 2012.

   FOURNIER Jean-François, «L’hôtel de Raymond, rue du Temple à Bordeaux : une représentation inédite», Revue archéologique de Bordeaux, CV, 2014, p. 237-240.

   FRÉLON Élise, Le Parlement de Bordeaux et la “loi” (1451-1547), Paris, De Boccard, 2011.

   GADOFFRE Gilbert, La révolution culturelle dans la France des Humanistes, Genève, Droz, 1997.

   GAULLIEUR Ernest, Histoire du collège de Guyenne : d’après un grand nombre de documents inédits, Paris, Sandoz et Fischbacher, 1874.
___, Histoire de la Réformation à Bordeaux et dans le ressort du Parlement de Guyenne, tome 1, Les origines et la première guerre de religion jusqu’à la paix d’Amboise, Bordeaux, Gounouilhou, 1884.

   GILMONT Jean-François, Le livre réformé au XVIe siècle, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2005.

   GUITARD Eugène-Humbert, « Pharmaciens poètes français de la Renaissance (Congrès de Dubrovnik - 1959) », Revue d’histoire de la pharmacie, 163, 47ᵉ année, 1959, p. 239-245.

   GUYON Gérard, Le droit bordelais dans tous ses états : les anciennes coutumes, les juristes et la justice, les institutions de l’Église locale : recueil d’articles, Limoges, PULIM, 2012.

   HOFFMANN George, La Carrière de Montaigne, Paris, Champion, 2009.
___, « Fonder une méthode à la Renaissance : Montaigne et ses professeurs de philosophie ; la logique : l’influence de Grouchy », L’Expérience philosophique de Montaigne, Françoise Charpentier (dir.), Paris, Aux Amateurs de Livres, 1990, p. 31-57.
___, « Fonder une méthode à la Renaissance : Montaigne et ses professeurs de philosophie, Grouchy et Sylvius. II. Distinguo : l’apport de Sylvius », Bulletin de la Société des Amis de Montaigne,  1991, p. 45-60.

   HUPPERT Georges, Bourgeois et gentilshommes. La réussite sociale en France au XVIe siècle, Paris, Flammarion, 1983.

   HANLON Grégory, L’Univers des gens de bien. Culture et comportements des élites urbaines en Agenais-Condomois au XVIIe siècle, Pessac, Presses Universitaires de Bordaux, 1989.

   HIGOUNET Charles, Histoire de Bordeaux (8 volumes), dont surtout tome IV. Bordeaux de 1453 à 1715, sous la direction de Robert Boutruche, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1962.  

   HIGOUNET-NADAL Arlette (dir.), Histoire du Périgord, Toulouse, Privat, 1983.

   JOUANNA Arlette, Ordre social. Mythes et hiérarchies dans la France du XVIe siècle, Paris, Hachette, 1977.

   JOURDA Pierre, « Le mécénat de Marguerite de Navarre », Revue du seizième siècle, 1931, 18, p. 253-271.

   JULLIAN Camille, Inscriptions Romaines de Bordeaux, Bordeaux, G. Gounouilhou, 2 vol., 1887.

   LAGRAVE Henri, MAZOUER Charles et RÉGALDO Marc (dir.), La Vie théâtrale à Bordeaux des origines à nos jours, tome I, Des origines à 1799, Paris, Éditions CNRS, 1985.

   LABADIE Ernest, Notices biographiques sur les imprimeurs et libraires bordelais des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, suivies de la Liste des imprimeurs et libraires de Bordeaux, et du département de la Gironde au XIXe siècle, M. Mounastre-Picamilh, 1900.
___, Les imprimeurs-libraires de l’ancienne paroisse Sainte-Colombe de Bordeaux, 1899.

   LACHAISE Bernard (dir.), Histoire du Périgord, Périgueux, Fanlac, 2000.

   LAMONTAIGNE Matthieu de, « Notes concernant les inscriptions de Bordeaux, extraites des papiers de M. de Lamontaigne », Société archéologique de Bordeaux, tome VIII, 4e fascicule, 1881, Bordeaux, Feret et Fils.

   LAVAGNE Xavier, Recension des impressions paloises et béarnaises, 1541-1789, Pau, Bibliothèque municipale de Pau, 3 tomes, 1981-1982.

   LECOINTE Jean, L’idéal et la différence. La perception de la personnalité littéraire à la Renaissance, Genève, Droz, 1993.

   LEGROS Alain, MORA Pierre, « La bibliothèque de Montaigne : décor, contenu et reconstitution », Château, livres et manuscrits IXe-XXIe siècle, Anne-Marie Cocula, Michel Combet (dir.), Pessac, Ausionus, 2006, p. 160 sq.

   LEMERLE Frédérique, La Renaissance et les antiquités de la Gaule : l’architecture gallo-romaine vue par les architectes, antiquaires et voyageurs des guerres d’Italie à la Fronde, Brepols, 2005.
___, « Les villes du royaume de France à la Renaissance : entre antiquités et modernités », Seizième siècle n°9, 2013.

   MAILLARD J.-F., KECSKEMÉTI J., PORTALIER M., L’Europe des humanistes (XIVe-XVIIe siècles), éd. Paris, CNRS Édition s, 2003.

   MARRACHE-GOURAUD Myriam, « Le ‘magazin du monde’ en Poitou. Cabinets et curieux aux XVIe et XVIIe siècles », Curiosité et cabinets de curiosités, dir. P. Martin et D. Moncond’huy, Neuilly, Atlande, 2004, p. 93-108 ; disponible en ligne sur curiositas.org.
___, « La poésie des collections : au sujet de deux inventaires de cabinets de curiosités », Culture : collections, compilations, dir. Mme M.-T. Jones-Davies, Paris, Champion, 2005, p. 195-218.
___, « Montrer et cacher : scénographie de quelques collections de curiosités », Le Théâtre de la curiosité, dir. F. Lestringant, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, Cahiers Saulnier n°25, 2008, p. 139-148.
___, « Quand l’aloès se pare des plumes du perroquet. Présentation énigmatique, rareté et curiosité », L’énigmatique à la Renaissance : formes, significations, esthétiques, études réunies par A. Tournon, D. Martin, P. Servet, Paris, Honoré Champion, 2008, p. 415-425.
___, « Le crocodile et le canoé », L’actualité Poitou-Charentes, 2013, La licorne et le bézoard, les cabinets de curiosités, 102, p. 34-35.
___, « Un canoë au plafond », La Licorne et le Bézoard, Une histoire des cabinets de curiosités, Montreuil, Gourcuff-Gradenigo, 2013, p. 308-310.
___, « Naissances de l’exotisme, ou comment inventer la place des lointains », La Licorne et le Bézoard, Une histoire des cabinets de curiosités, op. cit., p. 159-168
___, Avec André Delpuech et Benoît Roux, « Valses d’objets et présence des Amériques dans les collections françaises : des premiers cabinets de curiosités aux musées contemporains », La Licorne et le Bézoard, une histoire des cabinets des curiosités, op. cit., p.271-316.
___, « Deux coffres d’herbes séchées, la plante de Judée... Curiosités savantes dans la Vendée renaissante », La nature pour passion (catalogue d’exposition), Paris, Somogy, 2014, p. 125-140.
___, « Broder des mots sur les choses : la frontière comme ligne imaginaire dans l’univers de la curiosité »,  Exogenèses. Objets frontières dans l’art européen, Sabine du Crest (dir.),Paris, Éditions De Boccard, 2018, p. 59-70.

   MARTIN, Pierre, Interpréter le monde : réel et imaginaire du Moyen Age au XIXe siècle [catalogue d’exposition 2006 Médiathèque François-Mitterrand Poitiers] Poitiers, Éditions de la Médiathèque François-Mitterrand, 2006.

   MASSEBIEAU Louis (trad.), « Schola Aquitanica. Programme d’études du Collège de Guyenne au XVIe siècle », Mémoires et documents scolaires, fascicule n°7, Hachette-Delagrave, Paris, 1886.

   MESNARD Pierre (dir.), Pédagogues et juristes, Paris, Vrin, 1963.

   MONCOND’HUY Dominique, « Nouveau Monde et collections de curiosités », De soie et d’ailleurs, Musée de Saint-Antoine-l’Abbaye, 2017, p. 92-95
––, « Le singe, des cabinets de curiosités aux tableaux flamands de cabinets d’amateur », Le Singe aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Hermann, 2019, p. 121-134.
––, « La question des armes dans les collections et cabinets de curiosités », Parmi les hommes, les objets et les signes. Hommage à Krzysztof Pomian, avril 2019, Centre Scientifique de l’Académie Polonaise des Sciences à Paris/Paris-Sorbonne/INHA, actes publiés en ligne.
––, contribution à l’exposition « Cabinets de curiosités » (juin-novembre 2019) du Fonds Hélène et Edouard Leclerc de Landerneau : co-élaboration d’un diaporama pour l’exposition ; co-élaboration (avec Pierre Martin) d’une anthologie de textes historiques pour le catalogue (62 pages).

   PERY Guillaume, Histoire de la Faculté de médecine de Bordeaux et de l’enseignement médical dans cette ville : 1441-1888, Paris, O. Doin et Bordeaux, H. Duthu, 1888. En ligne.

   PATRY Henry, «Un mandat d’arrêt du Parlement de Guyenne contre Bernard Palissy et les premiers fidèles des églises de Saintes et de Saint-Jean-D’Angély (1558)», BSHPF, 51, 1902.

   PETEY-GIRARD Bruno, « Les discours du Palais. Remarques sur la norme parlementaire du bien dire entre 1570 et 1630 », Les normes du dire au XVIe siècle, J.-C. Arnould et G. Milhe Poutingon (dir.),  Paris, Champion, 2004, p. 393-406.

   PLANTEY Damien, Bibliothèques de la Renaissance : les librairies de Marguerite de Navarre, Jeanne d’Albret et Catherine de Bourbon : histoire d’un patrimoine intellectuel et spirituel, 2016.
––, « La librairie royale de Nérac autour de 1580 », La cour de Nérac au temps de Henri de Navarre et de Marguerite de Valois, Marie-Hélène Servet (dir.), Paris, Champion, 2012, p. 141-146.

   PLAUT Aurélie, « L’hôtel particulier et la collection d’antiques de Florimond de Raemond (1540 ?-1601) : un exemple du paraître bordelais à la fin du XVIe siècle », Apparence(s), 3, 2009.
––, « Les principales sources de Florimond de Raemond dans L’Erreur Populaire de la Papesse Jane (1587, 1594) », Journal de la Renaissance, IV, 2006, p. 199-222.

   POUMARÈDE Jacques et THOMAS Jack (dir.), Les Parlements de Province. Pouvoirs, justice et société du XVe au XVIIIe siècle, Toulouse, FRAMESPA, 1996.

   RAINGUET Pierre-Damien, Biographie saintongeaise, ou Dictionnaire historique de tous les personnages qui se sont illustrés par leurs écrits ou leurs actions dans les anciennes provinces de Saintonge et d’Aunis formant aujourd’hui le département de la Charente inférieure depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Genève, Slatkine, 1971.

   RAMBAUD, Pierre, La Pharmacie en Poitou jusqu’à l’an XI, Poitiers, Blay et Roy, 1907.

   ROBERT Renaud, « Recherches récentes sur les Piliers de Tutelle », en collaboration avec A. Badie, J.-J. Malmary et D. Tardy, Revue Archéologique de Bordeaux, 107, 2016, p. 13-19.

  ROUDIÉ Paul, « L’imprimerie et la librairie Millanges en 1624 », RFHL, 39, 1983, p. 73-88.

   SÉNEMAUD Edmond, La bibliothèque de Charles d’Orléans, comte d’Angoulême, au château de Cognac, en 1496, Paris, A. Claudin, 1861.

   SHARRATT Peter, « The Role of the Writer and the Uses of Literature. Critical Theory in the Prefaces to the Editions of the Classics in Sixteenth-Century France », ACNL. Turonensis, Paris, Vrin, 1980, p. 1249-1256.

   SIMONIN Michel, « Des projets littéraires et de leurs réalisations éditoriales à la Renaissance », Cahiers de l’Association internationale des études françaises, 51, 1999, p. 183-203.

   SUFFRAN Michel, Histoire de l’Aquitaine, Paris, Calmann-Lévy, 2014.

   TRINQUET Roger, « Nouveaux aperçus sur les débuts du collège de Guyenne : de Jean de Tartas à André de Gouvéa (1533-1535) », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, XXVI 3, 1964, p. 510-558.

   VIAUD, Jean-François, Le malade et la médecine sous l’Ancien Régime : soins et préoccupations de santé en Aquitaine, XVIe-XVIIIe siècles, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 2011.

   VIENNOT Éliane, (dir.), Royaume de Fémynie. Pouvoirs, contraintes, espaces de liberté des femmes de la Renaissance à la Fronde, Paris, Champion, 1999.
––, avec Danielle Haase-Dubosc (dir.), Femmes et pouvoirs sous l’Ancien Régime, Paris, Rivages, 1991.

   VINDRY Fleury, Les parlementaires français du XVIe siècle, Paris, Champion, 1909-1912, 4 fasc.

   VINET Elie et GOUVÉA André de, Schola Aquitanica, Bordeaux, Simon Millanges, 1583. Traduction par Louis Massebieau, Programme d’études du Collège de Guyenne au XVIe siècle, Paris, 1886.


II. Sur les figures de la Renaissance et de l’humanisme aquitain et gascon, et la circulation des formes littéraires

Albineana, Cahiers d’Aubigné, 4, 1992 : Bernard Palissy (1510-1590). L’écrivain, le réformé, le céramiste.
BALSAMO Jean, « Un gentilhomme et ses patrons : remarques sur la biographie politique de Montaigne », dans Philippe Desan (dir.), Montaigne Politique, Champion, 2006, p. 223-242.
––, "Un succès éditorial à l'aube de l'âge classique: La Sagesse de Pierre Charron", Corpus. revue de philosophie, 55, 2008, p. 9-33, qui porte sur l'édition de 1601 (Bordeaux, Millanges).
––, "Deux gentilshommes 'necessiteux d'honneur': Montaigne et Pressac", Montaigne Studies, XIII, 2001, 141-173.

BANDERIER Gilles, « Une lettre inédite d’Élie Vinet », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 66, 2004, p. 117-118.
BELLENGER Yvonne, « Du Bartas à Nérac », Albineana, Cahiers d’Aubigné, 24, 2012, p. 245-255.
BERNARD Christophe, Un historiographe politique de la Renaissance : Bernard de Girard, sieur du Haillan (c.1535-1610), thèse inédite sous la dir. de Michel Simonin, Tours.
- BLANQUIE Christophe, Un Magistrat à l’âge baroque, Scipion Dupleix, 1569-1661, Paris, Publisud, 2008.
––, Les Épîtres dédicatoires de Scipion Dupleix. Une carrière en épîtres ?, Paris, Kimé, 2008.
––, « Dupleix à Nérac », Revue de l’Agenais, 4, octobre-décembre 2004, p. 797-808.
––, « L’œuvre de Scipion Dupleix », in Revue Française d’Histoire du Livre, 128, Genève, Droz, 2008, p. 135-154.
BERRIOT-SALVADORE Evelyne, « Le temps des malheurs, le temps de la philosophie : Marguerite et la vulgarisation des sciences », dans Marguerite de France Reine de Navarre et son temps, p. 255-267.
BJAÏ Denis, « De La Muse chrestiene de 1574 à celle de 1579 : l’(autre) leçon de Nérac ? », Albineana, Cahiers d’Aubigné, 24, 2012, p. 257-271.
BOASE Alan, « Montaigne annoté par Florimond de Raemond », Revue du XVIe siècle, 15, 1928.
BOIT Martine, François de Chantelouve, gentilhomme et poète de la Renaissance, 2013.
BONNAT René., « Florimond de Ræmond à Bordeaux », Revue de l’Agenais Agen, P. Laborde, 1925.
BONDONNEAU Romain, La Boétie et Sarlat, Périgord Patrimoines, 2012.
BONNEFON Paul, Montaigne et ses amis. La Boétie-Charron-Mlle de Gournay, Paris, Armand Colin, 1898.
BRITNELL Jennifer, Jean Bouchet, Edinburgh, Edinburgh University Press, 1986.
BUZON Ch. de et GIROT J.-E. (dir.), Jean Dorat, Poète humaniste de la Renaissance Genève, Droz, 2007.
CAVALLINI Concetta et FERRER Véronique, Pierre de Brach. Poésie, théâtre, traduction, Fasano, Schena editore, 2018.
––, « Estrange amour, qui n’as point ta pareille! »: Pierre de Brach et la traduction de l’Aminte du Tasse  », Italique, XIII, 2010, p. 105-124.
CAZAUX Yves, Jeanne d’Albret, Albin Michel, Paris, 1973.
––, « Jeanne d’Albret écrivain, ses relations littéraires et son mécénat », dans Arnaud de Salette et son temps : le Béarn sous Jeanne d’Albret, Orthez, Per noste, 1984, p. 17-39.
CHAMPEAUD Grégory, « Être humaniste dans une cité traumatisée et divisée : Elie Vinet à Bordeaux pendant les guerres de religion (1562-1587) », dans Élisabeth Crouzet-Pavan, Denis Crouzet et Philippe Desan, Cités humanistes, cités politiques (1400-1600), Paris, PUPS, 2014.
––, « ’Des temps si pervers’. Pierre de Brach et Bordeaux au temps des guerres civiles », dans Pierre de Brach. Poésie, théâtre, traduction, Fasano, Schena editore, 2018.
––, « ’Concilier tant d’esprits et de fantaisies diverses’ : le laboratoire politique d’Henri de Navarre à Nérac (1577-1582) », Albineana, 24, 2012, p. 79-90.
CHOLAKIAN Patricia F., CHOLAKIAN ROUBEN C., Marguerite de Navarre: Mother of the Renaissance, New York, Columbia University Press, 2006.
COOPER Richard, « Marguerite de Valois en Gascogne : lettres inédites», dans M. Lazard et J. Cubelier de Baynac (dir.), Marguerite de France, reine de Navarre, et son temps, Agen, Centre Matteo Bandello, 1994, p. 107-32.
COCULA-VAILLIÈRES Anne-Marie, Étienne de La Boétie et le destin du Discours de la servitude volontaire, Paris, Classiques Garnier, 2018.
––, et Alain Legros, Montaigne aux champs, Bordeaux, Ed. Sud Ouest, 2011.
––, Brantôme, Amour et gloire au temps des Valois, Paris, Albin Michel, 1986.
COLLETET Guillaume, voir Tamizey de Larroque.
––, Le trésor des pièces angoumoisines inédites ou rares, Paris, Aubry, 1863 (dont une « Vie [de] Mellin de Sainct-Gelais », p. 87-140).
CORNILLIAT François, « François Ier dans Les annales d’Aquitaine de Jean Bouchet », François Ier et la vie littéraire de son temps (1515-1547), Classiques Garnier, 2017, p. 297-312
COURTEAULT Paul, Geoffroy de Malvyn, magistrat et humaniste bordelais (1545?-1617) : étude biographique et littéraire, suivie de harangues, poésies et lettres inédites, Paris, Champion, 1907, Genève, Slatkine reprints, 1981.
COURTIAL Marie-Thérèse, « La Vita de George Buchanan, humaniste et réformateur écossais du XVIe siècle », Pallas, 44/1996, L’antiquité à la page, p. 79-100.
COUTURE, Léonce, Trois poètes condomois du XVIe siècle   : études biographiques et littéraires sur Jean Du Chemin, Jean-Paul de Labeyrie, Gérard-Marie Imbert, Genève, Slatkine, 1971.
––, « Florimond de Ræmond », Revue de Gascogne, IX, 1868.
––, « Florimond de Ræmond, successeur de Montaigne au parlement de Bordeaux », Archives Historiques de la Gironde, XXV, 1887, p. 410.
DARRICAU Raymond, « La vie et l’œuvre d’un parlementaire aquitain Florimond de Ræmond (1540-1601) », Revue Française d’Histoire du Livre, 1 et 2, 1971.
DAUVOIS, Nathalie, « Séduction et dévergondage des Muses à l’aube de la Renaissance (Saint-Gelais, Lemaire, Bouchet) », La Muse s’amuse, figures insolites de la Muse à la Renaissance, dir. Anne Pascale Pouey-Mounou et Perrine Galand, Genève, Droz, p. 163-180, 2016, Cahiers d’Humanisme et de Renaissance, 978-2-600-01965-1. ⟨www.droz.org⟩. ⟨hal-01516590⟩.
–, Article « Jean Bouchet », Ecrivains juristes et juristes écrivains, du Moyen Âge au siècle des Lumières, dri. Bruno Méniel, Classiques Garnier, 2015, p.190-194 ⟨hal-01500289⟩
DELARUELLE Louis, « Un dîner littéraire chez Mellin de Sainct-Gelays », RHLF, 4e année, n°3, 1897, p. 407-411.
DELAGE Franck, « M. A. Muret poète français », Bulletin de la Société Archéologique du Limousin, LV, 1910-1911, p. 163-190.
––, « Un humaniste limousin du XVIe siècle, Marc Antoine de Muret », Bulletin de la Société Archéologique du Limousin, L, 1905.
DESJARDINS A., « M. A. Muret, l’enseignement et la correspondance des savants au XVIe siècle », Le Correspondant, XCI,1882, p. 239-275.
DESGRAVES Louis, « Joseph Scaliger, Élie Vinet [1509-1587] et l’édition des œuvres d’Ausone », dans. J. Cubelier de Beynac et M. Magnien (dir.), Acta Scaligeriana : Actes du Colloque international organisé pour le cinquième centenaire de la naissance de Jules-César Scaliger, Agen, 1986, p. 51-60.
––, Élie Vinet, humaniste de Bordeaux (1509-1587), Genève, Droz, 1977.
DEZEIMERIS Reinhold, Pierre Trichet. Un bibliophile bordelais au XVIIe siècle, Bordeaux, impr. de Gounouilhou, 1878.
–––, Notice sur Pierre de Brach, poète bordelais du XVIe siècle, Paris, A. Aubry, 1858 – Genève, Slatkine reprints, 1969.
DEJOB Charles, Marc Antoine Muret, un professeur français en Italie dans la seconde moitié du XVIe siècle, Paris, Ernest Thorin, 1881.
DROZ Eugénie, « La reine Marguerite de Navarre et la vie littéraire à la cour de Nérac, 1579-1582 », Bulletin de la société des bibliophiles de Guyenne 80, juillet-déc. 1964, p. 77-120.
DUPÈBE Jean, « Précisions sur la jeunesse de Dorat », Jean Dorat, poète humaniste de la Renaissance, Genève, Droz, 2007, p. 393-414.
DU VERDIER Antoine, Prosopographie, ou description des hommes illustres […], Lyon, Claude Frellon, 1604.
FORD Philip et GREEN Roger P. H, George Buchanan: Poet and Dramatist, Classical Press of Wales, 2009.
FORD Philip et WATT William, George Buchanan : prince of poets with an edition, text, translation, commentary of the Miscellaneorum liber, Aberdeen, Aberdeen university press, 1982.
GÉTREAU Florence, Article « Pierre Trichet » dans Ludwig Finscher. Die Musik in Geschichte und Gegenwart, Bärenreiter, 2006, p.1042-1043.
GEONGET Stéphan et GERBIER Laurent, Amitié et compagnie. Autour du Discours de la servitude volontaire de La Boétie, Paris, Classiques Garnier, 2012.
GIACOMOTTO-CHARRA Violaine, Écrire la philosophie en langue française. Des premiers textes à l’œuvre de Scipion Dupleix, Genève, Droz, 2019.
––, La forme des choses. Poésie et savoirs dans La Sepmaine de Du Bartas, Cribles XVIe-XVIIIe, Toulouse, Presses Universitaires du Midi, 2009 (319 p.).
––, Notices « Champaignac », « Dupleix », in The Encyclopedia of Renaissance Philosophy, M. Sgarbi (ed.), Springer Ed. (Springer Online).
––, « Le régime de santé, vecteur de diffusion des savoirs nouveaux : l’exemple du Pourtraict de la santé de Joseph Duchesne », dans V. Giacomotto-Charra et J. Vons, Formes du savoir médical à la Renaissance, Pessac, presses de la MSHA, 2017, p. 231-257.
––, « Prévenir et guérir à l’âge de la nature corrompue : Le pourtraict de la santé de Joseph du Chesne », Études de Lettres, 299, Représenter la corruption en France à l’âge baroque, A. Paschoud et F. Lestringant (dir.), Presses de l’Université de Lausanne, 2015, p. 83-100.
––, « Between Translation and Vulgarization : La Physique by Scipion Dupleix », in Aristotele fatto volgare : Tradizione aristotelica e cultura volgare nel Rinascimento, D. Lines and E. Refini (a cura di.), Biblioteca dei Volgarizzamenti - Studi, Editzione ETS, Pisa, 2014, p. 227-251.
––, « Le poète aimé des savants : la réception scientifique de Du Bartas entre 1580 et 1630 », in Littératures classiques, 85, « Littérature et science : archéologie d’un litige XVIe-XVIIIe siècles », dir. Ph. Chométy et J. Lamy, 2014, p. 249-260.
––, « Scipion Dupleix, passeur de textes savants et poétiques », dans I. Diu, C. Bénévent et C. Lastraioli (dir.), Gens du livre et gens de lettres à la Renaissance, Turnhout, Brepols, 2014, p. 171-183.
––, « Le commentaire au Pimandre de François de Foix-Candale : l’image d’une reine-philosophe en question », Albineana, Cahiers d’Aubigné, 24, 2012, p. 207-224.
––, « Un régime pour quel(s) prince(s)? Le prince et son médecin dans Le Pourtraict de la santé de Joseph Du Chesne », dans J. Vons et S. Velut (dir.), Pouvoir médical et fait du prince, Médica, Paris, De Boccard, 2011, p. 89-106.
––, « Faire voir pour guérir. Imagination malade et imagination médecin dans Le pourtraict de la santé de Joseph Du Chesne », in Camenæ, 8, L’imagination / la fantaisie de l’Antiquité au XVIIe siècle, déc. 2010. http://www.paris-sorbonne.fr/fr/IMG/pdf/5._Giacomotto-Charra.pdf/
GIROT Jean-Eudes, Marc Antoine Muret : des Isles fortunées au rivage romain, Genève, Droz, 2012.
GORRIS CAMOS Rosanna, « ’Toujours il a frayé avec des hommes de cette farine’ : André de Gouvéa, principal du Collège de Guyenne et ses ‘Bordaleses’ », La familia de Montaigne, p. 13-43.
GRAFTON Anthony, Joseph Scaliger, a Study in the History of Classical Scholarship, t. I, Textual Criticism and Exegesis, t. II Historical Chronology, Oxford, Clarendon Press, 1983-1993.
GRINTCHENKO Marie-Hélène, Catherine de Bourbon-Navarre (1559-1604), réseaux pouvoirs et propagande d’une princesse calviniste, Paris, Champion, 2009.
HABASQUE (Francisque), « La Domination de Marguerite de Valois à Agen, d’après les pièces d’archives », Bulletin historique et philologique [du Comité des travaux historiques et scientifiques], 1890, p. 226-256.
HARMER Lewis C., « Lancelot de Carle et les hommes de lettres de son temps », Bibliothèque D’Humanisme Et Renaissance, 7, 1945, p. 95–117. JSTOR, www.jstor.org/stable/20673378.
––, « Lancelot de Carle : sa vie », Humanisme Et Renaissance, 6, 4, 1939, p. 443–474. JSTOR, www.jstor.org/stable/20673239.
HIERNARD, Jean, « Paul Contant, à la couronne impériale », L’actualité Poitou-Charentes, 2013, La licorne et le bézoard, les cabinets de curiosités, 102, p. 33.
JOUANNA Arlette, Montaigne, Paris, Gallimard, 2017.
LABADIE Ernest, « Additions et rectifications à la bibliographie de quelques écrivains agenais », Revue de l’Agenais, Bulletin de la société d’agriculture, sciences et arts d’Agen, 32, 1905.
––, « Additions et rectifications à la bibliographie de quelques écrivains agenais », Revue de l’Agenais, Bulletin de la société d’agriculture, sciences et arts d’Agen, 33, 1906.
LAZARD Madeleine, « Jacquette de Montbron, une bâtisseuse humaniste », dans K. Wilson-Chevalier et Viennot Éliane, (dir.), Royaume de Fémynie. Pouvoirs, contraintes, espaces de liberté des femmes de la Renaissance à la Fronde, Paris, Champion, 1999, p. 17-26 ;
LEGROS Alain, « La vie et l’œuvre d’un médecin contemporain de Montaigne, Pierre Pichot », Revue française d’histoire du livre, 92-93, 1996, p. 361-37.
MAGNIEN, Catherine, « Un Bordelais convaincu : le procureur syndic Gabriel de Lurbe (1538-1613) » dans Mélanges offerts à Anne-Marie Cocula, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2009, t. II, p. 857-867.
––, « Jean du Sin, ou Achille de Harlay, D’Aubigné, Aristote et l’apothicaire de La Rochelle », Bibliothèque D’Humanisme et Renaissance, 59-2, 1997, p. 241–262. JSTOR, www.jstor.org/stable/20678234.
MAUBLANC Jean-Daniel, « Mellin de Saint-Gelais poète, courtisan et gentilhomme charentais », Rétrospectives, Lille, Le Rouge et le Noir, 1929.
LEBEAU Marie, « Jacquette de Montbron, (1542-1598), femme “architecte” de la Renaissance entre Angoumois et Périgord », Le Moyen Âge, 2011/3-4, tome CXVII, in E. L’Estrange et L. Fagnard (dir.), numéro spécial consacré au Mécénat féminin en France et en Bourgogne, XIVe-XVIe siècles, p. 545-560.
MARRACHE-GOURAUD Myriam, et MARTIN Pierre (dir.), Paul Contant, Jardin, et cabinet poétique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Textes rares », 2004.
MARRACHE-GOURAUD Myriam, « Dispositifs de représentation de la collection dans le Jardin et cabinet poétique de Paul Contant (1609) », dans Sciences au musée, sciences nomades, dir. B. Pellegrini, Genève, Editions Georg, 2003, p. 29-38.
MARTIN Pierre, « Le devenir du Cabinet de Paul Contant », disponible sur curiositas.org : https://curiositas.org/curios169.
––, « Piquer la curiosité : de quelques choix éditoriaux à propos de la réédition du Jardin, et cabinet poétique (1609) de Paul Contant », dans P. Martin et D. Moncond’huy (dir.), Curiosité et cabinets de curiosités, Neuilly, Atlande, 2004, p. 109-124 ; disponible sur curiositas.org : https://curiositas.org/piquer-la-curiosite-de-quelques-choix-editoriauxa-propos-de-la-reedition-du-jardin-et-cabinet-poetique-1609-de-p-contant.
___, « Les tatous de l’apothicaire poitevin Paul Contant », Revue de la Saintonge et de l’Aunis, La Rochelle, 2005, vol. 31, p. 63-76.
___, « Paul Contant avait-il la patate ? », L’actualité Poitou-Charentes, 102, 2013, p. 36-38.
___, « Le jardin de Paul Contant : un cabinet en germe », dans L’Europe des merveilles au temps de la curiosité : [exposition], Musée de Saint-Antoine l’Abbaye, du 7 juillet au 6 octobre 2013, Patrimoine en Isère ; Musée de Saint-Antoine l’Abbaye, 2013, p. 52-57.
___, « Notice sur Léonard Bernon », disponible sur curiositas.org : https://curiositas.org/notice-sur-leonard-bernon.
MARTIN Pierre (éd.), Elie Richard, Histoire naturelle des animaux, des vegetaux, et des mineraux. Avec un abrégé des meteores (La Rochelle, 1700), Tours, Presses universitaires de Tours, sous presse.
MARTIN-ULRICH Claudie, avec E. Berriot-Salvadore (dir.), Jeanne d’Albret et sa Cour, Paris, Champion, 2004.
––, « Récit de mort, récit de vie : Le Brief discours sur la mort de la royne de Navarre, Jeanne d’Albret », dans Jeanne d’Albret et sa Cour, Paris, H. Champion, 2004, p. 341-352.
MÉNIEL Bruno (dir.), Écrivains juristes et juristes écrivains du Moyen Âge au siècle des Lumières, Paris, Garnier, 2015.
MONCOND’HUY, Dominique, « Paysage(s) du récit en prose aux premières heures du XVIIe siècle », dans D’Yver à d’Aubigné, dir. E. Surget, Niort, 2016, p. 30-35.
MARTIN-ULRICH Claudie, avec E. Berriot-Salvadore (dir.), Jeanne d’Albret et sa Cour, Paris, Champion, 2004.
––, « Récit de mort, récit de vie : Le Brief discours sur la mort de la royne de Navarre, Jeanne d’Albret », dans Jeanne d’Albret et sa Cour, Paris, H. Champion, 2004, p. 341-352.
MÉNIEL Bruno (dir.), Écrivains juristes et juristes écrivains du Moyen Âge au siècle des Lumières, Paris, Garnier, 2015.
MICHELET Joseph, Poètes gascons du Gers depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours, Genève, Slatkine Reprints, 1972.
MORISSE Gérard, « Sur les traces de Florimond de Ræmond (Agen 1540 – Bordeaux 1601) », Revue Française d’Histoire du Livre, 122-124, 2004, p. 121-146.
NICERON Jean-Pierre, Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres dans la république des lettres, Paris, 1729-1745.
NOLHAC Pierre de, « La Bibliothèque d’un humaniste au XVIe siècle. Catalogue des livres annotés par Muret », Mél. d’arch. et d’hist. de l’Ecole Française de Rome, 1883, 3 fasc.
PEUREUX Guillaume, « Vers négligés et poètes anonymes dans L’Album de Marguerite de Valois. Des formes poétiques aux gestes d’écriture », Albineana, Cahiers d’Aubigné, 24, 2012, p. 307-322.
PLAUT Aurélie, De l’ethos « préalable » à l’« ethos « discursif » : la construction de la figure du polémiste catholique dans les ouvrages de Florimond de Ræmond (1540?-1601), thèse de doctorat sous la direction de M.L. Demonet, soutenue à Tours en 2009.
PRADELLE Laurence, « A propos du fabuleux manteau chez Jean Dorat : une lecture de l’Ode latine sur la Cosmographie d’André Thévet », Jean Dorat, Poète humaniste de la Renaissance (dir. Ch. de Buzon & J.-E. Girot), Genève, Droz, 2007, p. 237-255.
—, « Le latin de correspondance de Marc-Antoine Muret. Simpliciter et dilucide scribere », dans Die neulateinische Dichtung in Frankreich zur Zeit der Pleiade/La Poésie néolatine au temps de la Pléiade (dir. M.- F. Guipponi-Gineste, W. Kofler, A. Novokhatko, G. Polizzi), NeoLatina 19, Narr Verlag, 2015, p. 93-108.
—, « Jean Dorat et l’Hymne de Bacus de Pierre de Ronsard : de l’art d’exprimer le français en latin », dans Habiller en latin. La traduction de vernaculaire en latin entre Moyen Âge et Renaissance (études réunies par F. Fery-Hue et F. Zinelli), études et rencontres de l’école des Chartes 52, Paris, École des Chartes, 2018, p. 297-315.
—, « Approches de l’exil chez Marc-Antoine Muret (1526–85) : Entre traumatisme originel et création sublimée », dans Exil und Heimatferne in der Literatur des Humanismus von Petrarca bis zum Anfang des 16. Jahrhunderts (Wien, 18.-21. Oktober 2016) / L’esilio e la lontananza dalla patria nella letteratura umanistica dal Petrarca all’inizio del Cinquecento (dir. F. Furlan, G. Simoneit, H. Wulfram), NeoLatina 30, Narr Verlag, 2019, p. 499-519.
—, « Peut-on être auctor en matière épistolaire à la Renaissance ? L’exemple de Marc-Antoine Muret », dans Qu’est-ce qu’un auctor ? Auteur et autorité, du latin au français (dir. É. Gavoille), Scripta Receptoria 17, Ausonius Éditions, Bordeaux, 2019.
ROELKER Nancy Lyman, Jeanne d’Albret, reine de Navarre, Imprimerie nationale, Paris, 1979.
ROUGET François, « Agrippa d’Aubigné, poète à la cour de Nérac d’après L’album de vers de Marguerite de Valois », Albineana, Cahiers d’Aubigné, 24, 2012, p. 291-305.
SCHRENCK Gilbert, « Marguerite de Valois et son monde, ou la chambre bruissante », dans Roger Marchal (dir.), Vie des salons et activités littéraires : de Marguerite de Valois à Mme de Staël, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2001, pp. 167-172.
SURGET Érick (dir.), D’Yver à Aubigné: des poètes et conteurs en Poitou, Aunis et Saintonge au temps des guerres de Religion, 1560-1630, Catalogue de l’exposition de Niort, 2016.
TAMIZEY DE LARROQUE Philippe, Essai sur la vie et les ouvrages de Florimond de Raymond, Paris, A. Aubray, 1867.
––, éd. de Guillaume Colletet, V‎ies des poètes gascons, 1866.
––, « Notice inédite de Guillaume Colletet sur Marc-Antoine Muret, suivie d’une lettre de Muret également inédite », Revue d’Histoire littéraire de la France, 3(2), 1896, p. 270-285.
TREBOSC, Delphine, « Le rapport chose-image-texte dans le discours naturaliste à la Renaissance : le cas des Œuvres de Jacques et Paul Contant… (1628) » dans Anne Lafont (dir.), L’artiste savant à la conquête du monde moderne, Presses universitaires de Strasbourg, 2010, p. 169-176.
TRINQUET Roger, « Recherches chronologiques sur la jeunesse de Marc-Antoine Muret », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 1965, Vol.27(1), pp.272-285
––, La jeunesse de Montaigne. Ses origines familiales, son enfance et ses études, Paris, Nizet, 1972
TROTOT Caroline, « Vivre et écrire la Saint-Barthélemy au féminin : les Mémoires de Marguerite de Valois », dans Michael Soubbotnik & C.Trotot (dir.), Vivre l’histoire, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2013, p. 59-71.
––, « Deux femmes françaises du XVIe siècle face à l’histoire à travers leurs écrits personnels. Marguerite de Valois et Charlotte Arbaleste face à la Saint-Barthélemy », dans Song Ki-Jeong (di r.), Écritures de l’histoire (en coréen), Séoul, Presses de l’Université d’Ewha, 2013, p. 32-50.
VIENNOT Éliane, Marguerite de Valois : « la reine Margot », Paris, Perrin, 2005 (Tempus).
––, «Marguerite de Valois en Gascogne : les années décisives», Bulletin de la Société des Amis du Vieux Nérac, 14-15-16, 1992-93, p.7-47.
––, Marguerite de Valois. Histoire d’une femme, histoire d’un mythe - Paris, Payot, 1993.
VINTENON, Alice, avec S. Provini, A. Rees, (dir.), La Parole de La Boétie, approches philosophiques, rhétoriques et littéraires, Cahiers La Boétie 5, Paris, Garnier, 2015.
—, avec Nadia Cernogora, « Le discours des traducteurs de poésie à la Renaissance », à paraître dans les actes de l’atelier « Histoire des discours des traducteurs » du premier congrès mondial de traductologie (10-14 avril 2017, Université Paris Ouest-Nanterre), coordonné par Véronique Duché. [L’article aborde entre autres la traduction d’Hésiode par Lambert Daneau]

Imprimer